danydumont | Dec. 20, 2021, 9:43 p.m.

Ce que sont devenues les bouées lancées en 2020

Ce sont 244 bouées dérivantes de 8 types différents qui ont été déployées pendant la mission TReX 2020. Celles qui ont été déployées en plus grand nombre sont des bouées de fabrication artisanale conçues à l'Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) par l'équipe de Dany Dumont et au département Earth, Ocean and Atmospheric Sciences de l'université de Colombie-Britannique. Le premier type (ISMER) consiste en une plaque de bois de 30 cm de diamètre à laquelle est suspendu un poids en acier de 1 kg qui l'empêche de se retourner sous l'effet des vagues. Cette bouée flotte très près de la surface et a été utilisée abondamment depuis 2014 dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent pour étudier la dérive de surface. Le second type (UBC) est une tige de bois qui flotte verticalement grâce à un poids attaché au bas et des flottes en haut et à laquelle sont attachées 4 voiles d’aluminium. Elles sont conçues pour être entraînées par les courant des premiers 80 cm sous la surface. Ces deux types de bouées, ISMER et UBC, sont munis de balise Spot TraceTM qui transmettent leur position via le réseau Globalstar à toutes les 5 ou 10 minutes. Les bouées SCT fournies par Roy Hourston de l’Institute of Ocean Sciences sont également de fabrication artisanale. Elles utilisent les SPOT Trace et sont très similaires aux bouées UBC. Tous les autres types de bouées sont des bouées commerciales: il y a les OSKER de Xeos, les bouées iSphere et iSVP de la compagnie canadienne MetOcean et les bouées du Consortium for advanced research on transport of hydrocarbon in the environment (CARTHE) qui ont été développées et utilisées suite à l’accident Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique.

La carte ci-dessus montre les trajectoires de la grande majorité de celles-ci. Ensemble ces trajectoires révèlent certaines caractéristiques fondamentales de la circulation de surface des océans. On constate par exemple que les eaux de surface de l’estuaire cheminent vers le golfe, empruntent certaines routes dominantes et empruntent parfois des trajectoires qui les en éloignent. Plusieurs bouées se sont échouées sur les côtes de l’Île d’Anticosti, de Terre-Neuve ou de la Côte-Nord. Les bouées de type différents dérivent différemment et se dispersent plus rapidement que les bouées de même type, bien que toutes les bouées finissent par se séparer en raison de la nature turbulente de la circulation. Pour analyser un peu plus en détail les trajectoires des bouées de types ISMER et UBC, on vous invite à utiliser l’application du visualisation de ce site, disponible dans l’onglet carte, ou bien en utilisant l’application du Ocean Dynamics Laboratory (ODL) Drifter Project.